The Shift dress – Jennifer Lauren

Bonjour, Bonjour,

C’est un article un peu spécial que je vous propose aujourd’hui. Je vais faire une »review » d’un patron de la marque Jennifer Lauren handmade. C’est une première pour moi et je compte être la plus transparente possible. Je fais partie des reviewers sélectionnés cet été par la créatrice, j’ai reçu la version pdf du patron, en échange je me suis engagée à le coudre, et à donner mon avis sincère sur le blog. Lire la suite

Publicités

Here comes the bride

Mariage-154
Photo de T. Chappe

Bonjour, bonjour !

Enfin, je vous parle du projet qui m’a occupée entre janvier et mai : une robe de mariée ! Ça ne devient pas une habitude, promis !

Cette robe je l’ai faite pour mon amie Marion. Elle avait un énorme coup de coeur pour une robe vue sur…*suspens insoutenable*… Pinterest ! (je vous sens tous surpris, je vous comprends).

La forme de cette robe lui plaisait énormément, notamment la jupe et son volume. Cependant, elle souhaitait quelques modifications concernant le décolleté qu’elle préférait en cache-coeur, et la jupe un peu moins longue. Ni une, ni deux, nous voilà à rechercher toutes les photos possibles de la robe de Delphine Manivet, pour que je puisse tirer un patron de tout ça, avec les indications et modifications de Marion.

 

Il est écrit quelque part que les robes de mariées ne doivent pas être un projet de tout repos. L’année dernière la future mariée devait accoucher deux mois avant son mariage. Cette fois, la mariée était dans le sud et moi fraîchement débarquée dans le nord, autrement dit chacune à un bout de la France. Mais qu’à cela ne tienne, on a foncé malgré tout.

On parle du patron ?

Pour cette robe pas de patron pré-existant, j’ai dû patronner un peu pour le corsage.

dav
L’étape de la toile – le fond plein de cartons, c’est cadeau #danslavraieviedemonatelier

La jupe d’abord, le plus facile. Il fallait une jupe cercle pour avoir une belle amplitude, et coup de bol, j’ai acheté le patron de la robe Lolita de Wear Lemonade lors de sa sortie, sans savoir quand j’aurais l’occasion de m’en servir. Je ne pouvais pas partir de la robe complète en raison de la forme du corsage (j’ai essayé, ça a été un echec cuisant).

dav
La toile avant l’essayage

Le corsage a clairement été le plus compliqué, surtout les emmanchures, j’y reviendrai plus bas. J’ai donc opté pour un corsage plus simple à adapter, et que j’avais déjà testé pour moi. Il s’agit de celui de la Megan dress de Tilly and the Button. Il a été bien altéré puisque j’ai ajouté une ceinture, et que le corsage devant s’est transformé en cache-coeur, mais la base est là. *J’ai béni Tilly*

On parle du tissu ?

Marion voulait une robe blanche et si je savais quel type tissu lui proposer, choisir une nuance de blanc était plus difficile. Hors de question de commander en ligne sans avoir pu toucher le tissu et voir sa couleur nous-même.

Nous sommes donc allées à Saint-Saturnin-lès-Avignon, chez Tissus Grégoire, une véritable caverne d’Ali Baba ! La future mariée a arrêté son choix sur un beau satin duchesse très blanc. Nous avons choisi un voile de coton pour que la doublure soit confortable, et du biais de satin pour l’ourlet et les finitions intérieures.

 

On parle de la réalisation ?

La toile s’est révélée essentielle, je ne vous apprends rien ! La distance géographique a été un problème parce que nous n’avons eu qu’un seul et unique essayage avant le grand saut. La jule était parfaite, mais le corsage n’allait pas. Les emmanchures étaient trop étroites, la manche elle-même était trop large, la ceinture a été un peu réduite, et le dos raccourci. C’est à ce moment que j’ai vénéré la toile à beurre et le crayon gras, pour écrire et marquer toutes les modifications sur le tissu, ce qui m’a bien aidé par la suite. Avec un seul essayage autant vous dire que j’avais une pression d’enfer, je voulais tellement que Marion soit parfaite ! J’ai repris la toile et modifié les défauts que nous avions relevé. Le corsage a été relativement facile, mais les emmanchures auraient nécessité un ou deux essayages supplémentaires.

Je peux vous dire que lorsque la toile était terminée et qu’il a fallu que je m’attaque au tissu final j’ai eu des sueurs froides. J’ai un peu honte mais j’ai passé plus d’une heure a tourner et virer autour de mon satin duchesse avec la craie et les ciseaux dans les mains. J’avais tellement peur de me râter !

J’ai pris le temps de dessiner et calculer le plan de coupe, et de détailler les étapes de montage avant d’acheter le tissu et après modification de la toile pour être sûre. Je suis presque contente d’avoir été aussi incertaine, la peur m’a obligée à prendre mon temps et à m’appliquer. Il n’y a qu’une chose que je n’ai pas bien anticipé c’est le montage de la doublure au niveau de la fermeture invisible et sur le corsage devant.

La doublure est cousue à la main au point coulé. Pour éviter que le dos de la robe soit séparé par une longue fermeture éclair, j’ai proposé de la placer sur le côté. Le problème de ce type de fermeture pour une robe de mariée, c’est qu’on est déjà coiffée et maquillée au moment de l’enfiler…

nor

Par contre au niveau esthétique, c’est quand même plus joli.

Mariage-215
Photo de T. Chappe

Pour terminer sur les coutures latérales de la jupe et du corsage (fermeture invisible exceptée) j’ai ajouté du biais de satin, àla fois pour éviter que le tissu ne s’effiloche, et pour le confort du porté. Le bas de la jupe est entièrement terminé au biais également.

 

On parle de la mariée ?

Concernant le fit de cette belle robe, il était plutôt bon pour le corsage qui mettait sa gorge et ses épaules en valeur. Le tissu un peu rigide au départ s’est assoupli et a gagné en confort. Il est resté un problème, qui m’a chagrinée, au niveau des emmanchures. Je redoutais qu’elles soient trop étroites, effectivement Marion ne pouvait pas lever les bras plus haut que les épaules, même si en s’assouplissant le tissu lui a donné plus d’aisance . Elle n’aurait pas pu faire la chorégraphie YMCA dans les règles de l’art.

Mariage-181
Photo T. Chappe – Juste avant de partir pour la mairie

 

Marion et Didier ont fait appel au photographe Thibault Chappe. Thibault sait à merveille transmettre l’émotion d’une journée aussi importante qu’un mariage. Au-delà de ses qualités de photographe, c’est également une personne adorable. Je le remercie encore, ainsi que Marion, de m’avoir permis d’utiliser ses belles photos pour illustrer mon article.


Matériel :

3 m de satin duchesse blanc

1m50 de voile de coton

5 m de biais satiné blanc

Fermeture éclair invisible

Le tout acheté chez Tissus Grégoire.


 

Cette robe faite pour Marion est chère à mon coeur. Ce fut l’occasion de longues conversations pour définir ce qu’elle voulait et parler de l’avancée, de moments partagés rien que nous deux.

Mariage-174
J’étais littéralement au pied de la mariée #talcquerlespiedsdelamariée #cacestfait

J’étais très fière qu’elle accepte que je l’aide a mettre sa robe ! Cela nous a occasionné un fou rire bienvenu : nous avons cru que Marion resterait coincée, dans sa robe, les bras en l’air.😂😂

Quelle émotion lorsqu’elle est sorti de la voiture devant la mairie et que son futur mari l’a vu descendre! Elle avait peur que la robe ne lui plaise pas… Je peux vous dire que le futur époux avait les yeux, et le coeur, à tout autre chose que l’examen de sa robe.

Mariage-398

Je trouve que Marion était sublime et ça restera pour moi l’un des plus beaux mariages auxquels j’ai assisté. Merci à toi Marion (qui passera peut-être par ici) de m’avoir permis de faire un peu partie de ce mariage et pas seulement en tant qu’invitée.

Belle journée !

Viviane ou l’appel du dandelion

Bonjour, bonjour !

Aujourd’hui je vous retrouve pour vous présenter ma robe Viviane que celles et ceux qui me suivent sur IG ont aperçue. Le prétexte ? Un mariage le 13 mai dernier dans les environs d’Aix-en-Provence !

Depuis quelques années lorsque je pense robe pour un mariage, mon choix se tourne régulièrement vers des formes années 20, et souvent vers la couleur rose poudré/pâle. Je savais quel type de robe je voulais, à savoir une forme simple, manche trois quarts, avec une taille descendue et une jupe qui tourne. J’ai bien envisagé de me lance dans le patronage de cette robe, mais un autre projet et le risque de manque de temps m’en ont dissuadée.

DSC03464

Lire la suite

Mars #je couds ma garde-robe capsule

cardamome_grc2017

Bonjour, bonjour !

Nous sommes fin mars et il est temps de vous présenter le nouveau vêtement de ma garde-robe capsule !

Petit aparté mourrance totale : puisque l’on va parler patron Deer and Doe, j’ai immédiatement craqué pour le trench Luzerne que j’ai commandé dans la foulée de la mise en vente.

//giphy.com/embed/u2S454r0B9E2s

via GIPHY

Reçu à la vitesse de l’éclair comme d’hab’. Maintenant j’attends avec impatience que Pretty Mercerie refasse le stock de gabardine jaune moutarde sur laquelle j’ai fait une toute petite fixette.

Ceci étant dit, revenons à nos moutons de garde-robe capsule ! Voici donc Cardamome ! Ah Cardamome, il m’en aura fallu du temps pour la faire cette robe, Lire la suite

Je couds ma garde-robe capsule 2017

Avant toute chose, je vous souhaite une bonne année couturesque et tricotesque à toutes (et tous) ! Quelle vous apporte joie, santé, amour, bonheur, douceur, et tout ce que vous pouvez souhaiter de mieux !

Et pour commencer cette nouvelle année en douceur, j’ai décidé de participer au super projet de Clotilde : la garde-robe capsule 2017 . Kézako ce projet de garde-robe capsule ? Le principe est simple, 12 vêtements à coudre en 12 mois, et petit challenge, on coud des Lire la suite

Une robe pour la rousse mariée

Bonjour, bonjour !

Enfin ! Un nouvel article sur ce blog qui commençait sérieusement à s’encroûter ! *youhouuuuuuu*

Le titre de mon article laisse peu de mystère. Le gros projet qui m’a occupé un petit moment ces derniers mois était… une robe de mariée.

Revenons à la fin du mois d’août  2015. Une rousse de mes amies, nous a annoncé son futur mariage ! Vous imaginez Lire la suite