Tilly and the button : la série estivale

love_at_first_stitch_1Aujourd’hui, je ne vous parle pas seulement cousette mais livre ET cousette. Du deux en un assez logique quand on connait « Love at first stitch » le superbe livre de Tilly Walnes, la créatrice de Tilly and the Buttons.

Lorsque j’ai commencé à découvrir le blog et les patrons de Tilly and the Buttons, je suis immanquablement tombée sur son livre. Je n’ai pas beaucoup hésité avant de l’acheter, en voyant les différents patrons qu’il proposait.

love_at_first_stitch_2

Si on se plonge un peu dans le livre, c’est un très bon manuel pour les débutant/es en couture, et un rappel pour ceux et celles qui se débrouillent déjà. Il y a une liste des accessoires de base nécessaires  pour commencer la couture. Un glossaire sur les différentes techniques, mais aussi des focus pas à pas pour apprendre à faire les fronces, les pinces, insérer un zip invisible et j’en passe. Si on connaît les patrons pochettes, aucune surprise concernant la clarté des explications et des étapes du livre, c’est tout aussi limpide.

Concernant le côté esthétique, j’aime vraiment beaucoup les photos. Avant de choisir quel modèle j’allais faire, je l’ai compulsé le soir dans mon lit, en lisant par-ci et par-là en essayant de me projeter dans chaque vêtement. Le gros plus est la versatilité de la plupart des patrons comme la Megan dress que l’on peut aussi bien coudre dans un coton que dans un jersey. Pour chaque tissu il y a des explications et des adaptations. Il y a toujours au moins deux variantes voir davantage.

J’ai eu un gros coup de coeur pour la petite blouse, mais je n’ai pas encore trouvé le tissu parfait pour la faire.

Bon, vous vous doutez bien que si je vous parle de ce livre, ce n’est pas complètement sans rapport avec mon article précédent. Qui dit mariage en vue, dit forcément tenue adaptée. L’année dernière, je me suis promis que je ne ferai plus de robe exprès pour un mariage que je ne pourrai pas remettre une fois la fête terminée. Rapport avec le wearability project, tout ça. Un mariage en plein été dans le sud de la France, c’est toujours un peu l’angoisse pour moi. Il fait tellement chaud que je ne sais plus quoi faire pour ne pas dégouliner au moindre mouvement. Pour ce mariage, je ne savais pas trop ce que je voulais et j’avais un peu la pression, en étant témoin du marié, il fallait quand même sortir quelque chose de chouette. Et là un soir au mois de juillet, illumination soudaine : la Megan dress !

love_at_first_stitch_3

Une forme simple, pas trop cintrée, des détails subtils sur les manches et les pinces… Banco ! Je la voyais unie, bleu marine (mon obsession depuis l’année dernière), accessoirisable facilement. Je suis allé jeter un oeil chez Mondial tissus, situé pas loin de chez moi pour un premier repérage de tissu, et je suis tombée sur une popeline bleu indigo qui m’a plût. La robe était terminée en trois soirées.

Pour tout vous dire je l’ai même portée plusieurs fois avant le mariage. Autant vous dire que c’est un franc succès en matière d’optimisation de garde-robe. Je l’ai portée avec des sandales compensées, avec des petites sandales plates et pour finir avec de magnifique salomés rouge le jour du mariage. Elle ne paye pas de mine toute plate sur son cintre, mais en vrai elle est non seulement confortable mais aussi plutôt flatteuse.

Je la porte avec des escarpins rouges, mais dans le rush avant d’aller àla mairie, Monsieur n’a pas pris de photo en pied…et un peu floues.

Voici les détails des pinces devant et dos, et mon préféré, les petites fronces en haut des manches.

Le tissu tient bien au lavage et il est léger et très agréable à porter. Il s’est avéré parfait pour la journée très lourde et orageuse où s’est déroulé le mariage. Le seul bémol de la popeline c’est que ça froisse très vite, mais bon soyons honnêtes, une fois la cérémonie et les photos officielles passées, on s’en fiche non ? Et je ne vous parle même pas de la fin de soirée, lorsqu’on ressemble à un panda (entre le maquillage qui coule et les cernes).

***

Vous pensiez que c’était fini, mais pas tout à fait. Comme je n’ai pas posté régulièrement depuis longtemps, je profite de cet article pour parler d’un second patron testé et approuvé cet été. La Clemence skirt.

love_at_first_stitch_4

Pour cette jupe, ça a été l’évidence. J’avais un coupon de lin avec un motif vichy, donné par ma maman, que j’aimais beaucoup mais dont je ne savais pas trop quoi faire. Vous connaissez maintenant un peu mon goût pour les années 50, donc j’ai allongé de quelques centimètres la longueur pour que la jupe tombe à mi-mollets.

J’ai choisi de faire une version avec poche, parce que les poches c’est la vie sur les jupes.

Le lin est un peu épais ce qui n’a pas toujours été facile à travailler pour les fronces et la fermeture invisible. Mais le résultat est parfait pour moi. J’ai passé un certain temps sur les raccords des carreaux, j’étais un peu déçue que ce soit légèrement décalé en haut de la fermeture invisible. Personne n’en mourra.

Cette fois-ci je m’arrête pour de vrai et je vous dis à très vite !!


Megan dress :

Taille : 3 (UK)

Matériel :Popeline de coton unie, zip invisible et fil chez Mondial tissus

Clemence skirt :

Taille : patron construit selon mes mensurations en suivant les explications du livre.

Matériel : tissu en lin de mon stock, fermeture invisible

 

Publicités

2 réflexions sur “Tilly and the button : la série estivale

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s