Une robe pour la rousse mariée

Bonjour, bonjour !

Enfin ! Un nouvel article sur ce blog qui commençait sérieusement à s’encroûter ! *youhouuuuuuu*

Le titre de mon article laisse peu de mystère. Le gros projet qui m’a occupé un petit moment ces derniers mois était… une robe de mariée.

Revenons à la fin du mois d’août  2015. Une rousse de mes amies, nous a annoncé son futur mariage ! Vous imaginez l’hystérie quand elle m’a proposé qu’on s’occupe nous-même de sa robe ?!

Comme toute future mariée qui se respecte de nos jours, ma rousse amie a écumé Pinterest pour la déco, mais aussi les robes.

Sans plus vous faire attendre, voici la robe qu’elle voulait.

Je n’avais pas de patron correspondant à ce genre de robe, mais j’avais le patron Fifi de Tilly and the button (toujours pas fini) qui me permettait d’avoir une forme de départ pour le corsage que je pourrai modifier. Un autre détail, et non des moindre, à déterminer était le tissu que voudrait la mariée pour sa robe. Le cahier des charges était le suivant :

  • du voile écru
  • un fonds de robe qui ne serait ni trop chaud, ni transparent, ni brillant

Une très belle nouvelle est venue chambouler ce projet couture quand quelques semaines après avoir commencé a travailler sur ce projet, mon amie m’a annoncé être enceinte de trois mois! L’accouchement était prévu pour juin et le mariage début septembre. La robe est resté en attente pour des raisons de bidou arrondi.

En juillet après l’accouchement de la future mariée, nous avons profité des soldes chez Mondial Tissus. Elle a arrêté son choix sur un joli voile type plumetis avec un motif de petits ronds. Pour la doublure de la robe, ça a été un peu plus compliqué de choisir un tissu qui ne soit ni transparent, ni brillant et qui ai quand même un joli tombé. J’ai beaucoup hésité, mais j’ai fini par lui proposer un coton blanc tout simple, puisque le satin ou le taffetas ne lui convenaient pas.

Une fois le patron dessiné et corrigé par trois versions de toiles successives, j’ai dû réfléchir aux différentes étapes d’assemblage de la robe. Ca a été un exercice bénéfique pour moi, qui ai souvent tendance a sauter des étapes en voulant aller trop vite et devoir rattraper mes bourdes au découds-vite. Pour travailler le voile correctement l’amidon m’a bien aidé. Voici un petit aperçu de ce que donnait le corsage avant l’assemblage avec la doublure et la jupe. Les finitions permettent un rendu propre : coutures anglaises sur les coutures latérales de la jupe en voile et de la doublure en coton, doublure du corsage cousue à la main au-dessus de la couture d’assemblage de la jupe et du corsage. La seule couture surjetée est la couture du dos de la jupe à cause du zip invisible. Le bas de la jupe est terminé par un biais de coton pour éviter un épais ourlet disgracieux.

J’ai également dû calculer le métrage de tissu qui serait nécessaire. Cette étape m’a donné quelques sueurs froides surtout quand j’ai su que le voilage qui restait en magasin étaient les derniers mètres. Il y avait pile ce qu’il fallait! Nous avons apporté une modification sur le devant de la jupe (d’après suggestion du marié), qui a évité à la mariée de se prendre les pieds dedans ou de passer la soirée sa jupe à la main.

Allez je conclu. La mariée a perdu un petit peu de poids entre fin août et la date du mariage, c’était un peu le risque. Heureusement la ceinture nous a permi de reserrer un peu la taille. Cette robe m’a donné du boulot (patronage, étape d’assemblage, et vouture pure). J’ai vraiment cru que mon petit coeur n’allait pas survivre au stress, MAIS, ça en valait vraiment la peine ! Jusqu’à l’assemblage final du corsage à la jupe, j’ai eu peur que ce soit moche, raté et pire (!!) que ça ne plaise pas du tout à la future mariée.

Quel soulagement quand nous avons procédé au  dernier essayage pour coudre les bretelles ! Non seulement le fit était bon mais le résultat était celui que nous voulions. La mariée était très contente et surtout elle était magnifique dans sa robe ! (J’ai pris les photos en vitesse avant de partir à la mairie)

 

Je vous laisse, mais je reviens très vite pour vous montrer ma robe de témoin de ce chouette mariage.

Belle journée !


Matériel 

Coton blanc, biais de coton, zip invisible, et voile plumetis chez Mondial Tissus

Amidon en spray

 

Publicités

Une réflexion sur “Une robe pour la rousse mariée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s